jeudi 30 septembre 2010

Etats d'âme

Réagir en conscience pour dire non à la dérive de la France sous forme de énième loi sur l’immigration concoctée par la même idéologie, au pouvoir depuis huit ans !

Voltaire à écrit « Nous ressemblons aux moutons qui bêlent, qui jouent, qui bondissent en attendant qu’on les égorge. Leur grand avantage sur nous est qu’ils ne se doutent pas qu’ils seront égorgés, et que nous le savons ». Le lancement du débat sur l’identité Nationale, la libération de la parole raciste, le repli nationaliste, les surenchères sécuritaires et les expulsions des Roms ont bien préparé le terrain de la nouvelle loi sur l’immigration. Il ne faut pas se tromper, sans tomber dans des amalgames, mais tout en tirant les leçons de l’Histoire, l’idéologie nazie a déjà montré les dangers de séparer dans un même pays les originaux des autres. Cette nouvelle loi qui crée le « Français AOC » a un parfum nauséabond ségrégationniste !

Nous continuons à penser que la France est un pays riche de ses apports divers, des individus ayant conscience d’appartenir à une communauté de destin. Le pacte social qui les unis est fondé sur des valeurs les que la laïcité, la liberté, la citoyenneté et la solidarité. La langue, la religion, la culture et la nationalité peuvent être multiples. La cohésion sociale, le vivre ensemble et la paix ne peuvent se réaliser pleinement que dans le cadre d’un pays égalitaire, ouvert et fraternel.

Vu le climat politique très pollué de ces derniers mois, il paraît primordial d’ouvrir un débat franc, clair et sincère pour un pacte social rejetant les inégalités et la politique du bouc émissaire menée par la droite et l’extrême droite, et lançant un débat avec la gauche française sur ses vraies intentions à notre égard, nous les Français non AOC, nous les étrangers avec ou sans droits, nous les immigrés avec ou sans papiers, nous les travailleurs avec ou sans emploi et nous les pauvres avec ou sans visa.

Latif Mortajine

Président du Réseau Immigration, développement, démocratie

Président de l’Association Khamsa

Aucun commentaire:

Publier un commentaire