mercredi 9 février 2011

En direct de Dakar...

"Une Charte pour un monde sans mur"

Ile de Gorée – quelques kilomètres au large de Dakar - 3 et 4 février 2011

C’est dans ce lieu historique et symbole de l’esclavagisme, qu’étaient réunis en assemblée, des migrants du monde entier, pour échanger et adopter un projet de « charte mondiale des migrants. »

Cette charte s’inscrit dans la continuité d’un processus engagé depuis 2006 et exprime des valeurs et principes liés aux droits des migrants pour la construction d’un monde « sans mur », plus juste, pluriel, responsable et solidaire. Elle s’appuie sur des situations et des parcours vécus par des migrants à travers le monde afin de faire valoir le droit pour tous de pouvoir circuler, s’installer, partir ou revenir librement n’importe où sur la planète. Elle revendique également l’égalité de droits entre migrants et nationaux dans les pays d’accueil.

Les discussions de ces deux jours de rencontres ont porté à la fois sur le contenu et la forme de ce texte rédigé collectivement, par le biais d`ateliers d`écriture organises par quatre coordinations continentales (Européenne, Africaine, Asiatique et Latino Américaine). La définition du terme « migrant » a posé question au cours du débat à savoir « qui considère t-on comme migrant ? » Les participants ont également échangé sur la question des conventions internationales déjà existantes, certains souhaitant rappeler ces acquis et d’autres voulant s’affranchir complètement des textes institutionnels. Après adoption et proclamation de la charte, l’euphorie a gagné l’assemblée, sous les applaudissement et « l’hymne » des migrants.

Les débats ont enfin repris sur les perspectives d’avenir, notamment la stratégie de diffusion et de signature de la charte. Cette rencontre restera un moment historique. En effet, a Gorée, lors de ces deux jours, les migrants n`étaient pas seulement « des victimes » mais de véritables acteurs du changement social.

Vous pouvez consulter la charte sur le site : http://www.cmmigrants.org/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire