jeudi 2 février 2017

Les danges d'internet : mieux vaut prévenir que guérir

Ce mercredi 2 févier 2017, l'atelier NENA avait pour thématique les dangers d'internet. Primaires et collégiens étaient conviés, dans nos locaux, pour deux temps consacrés à chacune des deux tranches d'âges.  Les primaires ont joué à un jeu et les collégiens ont réagi à des vidéos. Un intervenant de la Ligue de l'enseignement était là en soutien. 




A 14 h 30, les 6-10 ans sont arrivés et se sont installés ; après l'explication et la distribution des ordinateurs, nous avons pu commencer le jeu sous forme de questions. Il s'agissait en fait d'un jeu qui se joue sur navigateur internet, "Les pirates de la vie privée" où il faut répondre aux questions des pirates dans le but de récupérer des morceaux de carte au trésor. Chaque question portait sur la vie privée et les informations personnelles sur internet. Les enfants étaient captivés. 




Après ce temps de jeu collectif, et malgré un bug des ordinateurs qui nous a forcé à finir en regardant tous le vidéo projecteur, les enfants, très réceptifs aux messages, ont parlé avec enthousiasme pendant le tour de table qui a suivi. Puis, ce fut l'heure du goûter avec les collégiens qui sont arrivés à ce moment-là pour leur tranche horaire.




Les 11-15 ans ont d'abord commencé l'échange sur les réseaux sociaux (qui a snapchat ? qui va sur facebook ? qui a un compte twitter ?) puis ils ont regardé les films de prévention via le vidéo projecteur. A chaque film, chacun a réagi lors du tour de table, puis nous avons fait un quiz tous ensemble sur les 10 dernières minutes. 

Tous connectés, tous préparés.
Dans un monde où la place importante d'internet n'est plus à démontrer, il est nécessaire de préparer les enfants à y faire face sans tomber dans ses pièges, et ce dès qu'ils sont assez grands pour y avoir accès. 



                       
Article paru dans l'Est Républicain le 11.02.2017
                                                                                                                                                                                                        



Aucun commentaire:

Publier un commentaire