vendredi 15 juin 2012

28 juin : Table-ronde sur le droit des femmes migrantes

Le jeudi 28 juin, de 14h à 17h, se tiendra à la Salle Yves Coppens une table-ronde sur le thème Femmes migrantes, conventions bilatérales franco-marocaines et Moudawana : états des lieux et perspectives.
Elle sera animée par Naima Adam-Moudni (avocate à la cour de Nancy) et Astira Vincent (présidente de Khamsa).

Cette table-ronde part du constat, partagé par plusieurs intervenants, que les femmes immigrées sont souvent désemparées, mal informées, tiraillées entre le droit marocain et le droit français (face à la polygamie, le divorce, l'héritage, la garde d'enfants, la séparation des biens).

L’entrée en vigueur du nouveau Code de la famille (Moudawana) n’a pas été accompagnée par des actions de formations, ainsi il reste méconnu en France. Un travail de vulgarisation et d'explication, destiné à la fois aux femmes marocaines immigrées et aux acteurs socio-juridiques, parait nécessaire pour que la Moudawana soit comprise et efficacement appliquée

Même si nous nous réjouissons des avancées du Code de la famille, un regard critique s’impose sur certaines dispositions, notamment sur la question épineuse du patrimoine des conjoints et de l’héritage. Notre objectif est de mettre la lumière sur les difficultés des femmes migrantes et de relayer leurs souhaits, leurs revendications au gouvernement marocain pour que celui-ci aille jusqu’au terme de cette réforme. Cela passe obligatoirement par l’harmonisation des législations nationales avec la législation internationale, qui condamne toute forme de discrimination à l’égard des femmes, garantit leurs droits et prône l’égalité entre les sexes.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire